Le Rabbi de Loubavitch est, sans conteste, la personnalité la plus marquante du monde juif de ces cinquantes dernières années.
Il a profondément marqué notre histoire de par sa conception novatrice et ambitieuse du judaïsme. Héritier de la plus pure orthodoxie, il a réconcilié, par son ouverture d'esprit, modernité et tradition. En ce sens, il incarne à merveille l'idée de paix que le Machia'h apportera au monde.
 
Le Mashia'h dévoilera la perfection dans la création. Il viendra lorsque chaque âme juive aura accompli l'ensemble des Mitsvot. Il achévera la guerre contre Amalek, de sorte que le mal disparaisse de la terre. L'âme de chaque Juif comporte une parcelle de celle de Mashia'h. Chacun peut donc le révéler dans son service de D-ieu.
 
Le Mashia'h sera la perfection du genre humain. Il enseignera la Thora à Moshé lui-même. Il possédera une grande élévation, régnera sur Israël, mais saura également se consacrer à chaque Juif en particulier, le guider et le conduire sur la voie de D-ie. Chacun s'engagera alors pleinement dans son service et c'est la raison pour laquelle sa venue est tant souhaitée.
 
Dès qu'il succéda à son beau père, le Rabbi Rayats, le Rabbi souligna l'imminence de la venue du Mashia'h. Il montre en outre que cette attente ne doit pas être passive, mais exige bien au contraire un engagement intensif. Bien plus, cet engagement doit apparaître à l'évidence, même pour les autres nations. C'est la raison pour laquelle la sentence lancée à ce propos par le Rabbi :
"We want Mashia'h now", "nous voulons Mashia'h maintenant", est éboncée en anglais.
en 1951 le septième Rabbi de Loubavitch, il annonce immédiatement la teneur de son programme : "Nous sommes la dernière génération de l'exil et la première qui vivra la Délivrance messianique ... La venue de Machia'h doit désormais être effective".
A partie de là, quelque chose de fondamental va se passer : alors que les générations précédentes avaients fait de la venue de Machia'h un espoir passionné, le Rabbi va littéralement "organiser" la Délivrance.

 Mashia'h, une idée Loubavitch ?  
Un Juif m'écrit qu'il lui arrive de rencontrer des opposants à Loubavitch, qui l'interrogent : "Pourquoi est-ce précisément Loubavitch qui parle de la venue de Mashia'h ?". eux-mêmes ne sont pas Loubavitch et pourquoi donc devraient-ils crier : "Mashia'h now ?" Et il me transmet la questio, ne sachant que leur répondre.

Or, si une telle question est surprenante, l'incapacité d'y répondre l'est encore plus. L'attente de la venue de Mashia'h n'est-elle pas l'un des treize pricipes de la foi ? Chaque Juif ne dit-il pas, trois fois par jour, dans la prière "fais germer promptement la pousse de David, Ton serviteur", "Nous plaçons tout le jour notre espoir en Ton salut", "Que nos yeux assistent à Ton retour à Tsion dans la miséricorde ?".

Comment peut-on être insensé au point de dire que demander à D-ieu la délivrance est une idée Loubavitch ? Et, Loubavitch n'en a pas honte ! Bien au contraire, "comme nous sommes heureux et comme est bonne notre part !".
Discours du Rabbi, second jour de Chavouot 5745-1985