Ces dernières années ont apporté la révélation d'une large partie de l'abondante correspondance qui fut adressée par le Rabbi de Loubavitch aux différentes composantes du peuple juif, aux érudits de la Torah, aux responsables communautaires, aux hommes et aux femmes du commun, ou encore à tous ceux qui se sont tournés vers lui alors qu'ils se trouvaient désemparés, confrontés à l'épreuve, physique ou morale.

C'est ainsi que la littérature 'hassidique s'est enrichie de plus de dix mille lettres du Rabbi, réparties, dans leur version originale, en vingt-sept volumes. Quiconque en prend connaissance est aussitôt stupéfait par l'ampleur et la variété des sujets abordés, commentaires savants et profonds de la Torah, directives données aux responsables des institutions Loubavitch, conseils précieux pour le service de D.ieu, grâce auxquels il devient plus aisé de vaincre une mauvaise habitude, de se défaire d'un sentiment condamnable, mais également avis autorisés émis à propos d'un traitement médical ou sur la manière de gérer une affaire commerciale, conseil pour l'installation dans un pays ou la résolution d'une difficulté matérielle.

Comme à son habitude, le Rabbi met systématiquement en évidence l'application pratique que doit recevoir chaque concept théorique et la dimension morale qui se dissimule en tout problème matériel. A sa profonde érudition, dans toutes les disciplines de la Torah, s'ajoute la justesse de sa vision, en toutes les questions matérielles auxquelles les hommes peuvent être confrontés, dans le cours de leur existence. Ces textes reflètent l'image fidèle du Juste, à l'écoute de son peuple, lui dispensant le message divin, le conseil et le réconfort dont chacun a tant besoin, pour concrétiser son désir de mettre en pratique la Volonté de D.ieu.

Et tous ceux qui sont familiers des discours 'hassidiques prononcés par le Rabbi et de ses causeries, tous ceux qui sont éblouis par l'étendue de ses connaissances, par son sens de l'analyse, par la clarté de son exposé, par sa manière partic¬ulière de mettre en évidence l'harmonie qui règne entre les dif¬férentes parties de la Torah, ont pu observer à quel point ces lettres apportent un éclairage résolument nouveau à son œuvre. Dans ces milliers de courriers, pas un sujet qui ne soit abordé, pas une science qui soit inconnue au Rabbi, pas un point du globe qui lui soit étranger. Au fil de ces pages, le Rabbi guide, dirige, explique, console et réjouit, au fur et à mesure que croît l'émerveillement du lecteur.

De ce point de vue, les volumes d'Igueret Kodech offrent, à proprement parler, une vision encyclopédique de la vie juive, apportant une réponse, fidèle à nos sources, à pratiquement toutes les questions que chacun peut se poser, aux difficultés auxquelles on peut être confronté.
       
   

D'aucuns s'interrogent sur la date à laquelle cette corre¬spondance fut rendue publique. Pourquoi fut-elle si tardive? Cette question se pose encore plus fortement lorsque l'on prend connaissance d'un témoignage, transmis par le Rav Chalom Mendel Simpson, secrétaire du Rabbi, qui fut plus spécifique¬ment chargé de la gestion de son courrier.

Le Rav Simpson raconta que, dans un premier temps, le Rabbi avait totalement écarté l'idée d'une publication de ces lettres, au point d'assigner la plus stricte confidentialité à la mission qu'il lui avait confiée. De fait, on ignorait même, pen¬dant de nombreuses années, que le Rav Simpson était un secrétaire du Rabbi !

Puis, un jour le Rabbi donna son accord à cette publication et, dès lors, il formula lui-même la demande, de plus en plus pressante, d'en hâter la parution. Ainsi, répétait-il sans cesse au Rav Simpson: "Plus vite ! Encore plus vite ! N'y a-t-il pas d'autres lettres que l'on puisse éditer ?". Comment comprendre cet empressement soudain ?

La période amère et obscure que nous traversons actuellement peut apporter un élément de réponse à cette interrogation. Car, un fait s'impose désormais à tous. C'est également par l'intermédiaire de ces lettres que le Rabbi continue à diriger le peuple juif. Tous les sujets y sont abordés et l'on y trouve des références à toutes les situations, de sorte que celui qui s'interroge découvrira, à n'en pas douter, dans ces textes, les éléments de la réponse qu'il recherche.

Et la pratique s'est répandue, lorsque l'on se pose une question que l'on aurait, en une période plus favorable, soumise au Rabbi, de lui écrire une lettre, encore à l'heure actuelle, car la vie du Juste n 'est pas limitée par son enveloppe physique et de la glisser dans un volume de ces lettres. Les réponses obtenues, les doutes dissipés, les miracles réalisés de cette manière, littéralement chaque jour, au cours de ces dernières années, ne se comptent plus et chaque récit publié en ce sens force, à chaque fois, l'étonnement et l'admiration.

Si certains ont pu croire, dans un premier temps, à un concours de circonstances ou à une vue de l'esprit, la multiplication des témoignages, fusant de tous les coins du monde, conduit à une évidence. Par l'intermédiaire de ces lettres, de tous les textes dont il est l'auteur et d'autres manifestations encore, le Rabbi est toujours présent et il guide encore le peuple juif.

Puisse D.ieu faire que ce trente septième volume apporte à chacun les explications qu'il recherche, les réponses aux questions qu'il pourrait se poser. En effet, le monde entier est dirigé par la divine Providence et, dans le Schéma divin de la création, aucun détail ne saurait être livré au hasard. La publication de ces textes peut, à
n 'en pas douter, apporter à chaque lecteur la certitude, la conviction. Nos Sages soulignent que "il n'est pas de joie plus intense que celle qui libère du doute". Le Tout Puissant saura donc guider le lecteur à travers les pages de ce livre et II lui permettra d'en concevoir une joie véritable.

A n 'en pas douter, ces lettres éveilleront également en chacun un sentiment d'amour et d'attachement au Rabbi. Puisse-t-il être, au moins de manière infinitésimale, à l'image de l'amour que le Rabbi lui-même a éprouvé et qu'il éprouve encore envers chacun d'entre nous.

Néanmoins, ces textes ne peuvent en aucune manière remplacer l'enseignement qu 'il nous a été donné de recueillir de la bouche même du Rabbi. Que D.ieu exauce donc immédiatement le souhait de tous les cœurs juifs, celui de revoir enfin le Rabbi physiquement à notre tête, lors de la délivrance véritable et complète, avec la venue de notre juste Machia'h, de façon immédiate.

     
     
Source : Préface du trente septième volume de Iguerot Kodech par le Rav Melloul