Avant la guerre des Six Jours  
Quelques jours avant la guerre des Six Jours en 1967, le Rabbi lança, à travers le monde entier, la campagne des Téfilines.

Cette campagne a suscité, depuis lors, de nombreuses réactions réprobatives au sein de la population juive internationale. Craignant que les arguments allégués par les adversaires et détracteurs de cette campagne ne découragent ceux qui y participent, le Rabbi a entrepris de répondre à certaines questions.
 
Pourquoi les Téfilines ?  
Au début de cette campagne, il a été clairement souligné que sa justification était liée aux paroles de nos Sages (Bera'hot 6a) : "et tous les peuples de la terre verront que tu portes sur toi le Nom de D-ieu, et ils te craindront : il s'agit là des Téfilines de la tête". Or la nécessité du moment, lors du lancement de la Campagne des Téfilines, était effictivement la réalisation du verset : "Que s'emparent d'eux la terreur et la crainte", la peur des nations du monde face au peuple d'Israël, afin qu'elles ne lui causent aucun mal. C'est pour cela que cette campagne a été lancée. Il est donc étonnant q'une question puisse encore être posée à ce sujet.
La Campagne des Téfilines a commencé avec la guerre des Six Jours, peu avant la fête de Chavouot. Or, chaque année, les événements commémorés peuvent être revécus comme ils se déroulèrent la première fois. Cette année-là, à l'approche du Don de la Thora, l'obligation de l'étude se trouve particulièrement mis en exergue. Or, nos sagent disent (début du Midrache Téhilim ) : "accomplissez la Mitsvah des Téfilines et Je considérerai comme si vous étiez absorbés par l'étude jour et nuit".
Lors du Don de la Thora, les juifs acceptèrent la totalité des Mitsvot et firent passe leur acceptation avant leur compréhension. A propos des Téfilines, il est dit (Kiddouchin 5a) : "la Thora dans son ensemble est comparée aux Téfilines : il s'agit ici des Mitsvot de la Thora"
 
Rapprocher la venue du Mashia'h  
On doit témoigner de l'amour à son prohain et considérer que chaque acte positif peut faire pencher le monde entier du côté du bien. Au-delà de tout cela, on peut ressentir concrètement qu'en s'efforçant de mettre les Téfilines à d'autres juifs, on voit sa propre vitalité accrue dans l'accomplissement des Mitsvot en général, et celle des Téfilines en particulier.
Puissent de nombreuses personnes suivre l'exemple de ceux qui participent déjà à cette Campagne Mondiale. Que chaque fois qu'un Juif de plus met les Téfilines, il fait pencher le monde du côté du bien et rapproche le moment de notre délivrance complète avec la venue du Mashia'h, très prochainement.
 
Qui doit mettre les Téfilines ?  

Le jour où l'enfant juif atteint, en date juive, son treizième anniversaire, il devient Bar Mitvah, et ce automatiquement, sans qu'il soit besoin, selon la Loi, de célébrations élaborées ou de rituels synagogaux.
Le mot Bar Mitsvah signifie littéralement : "fils du commandement". Le jeune garçon est tenu désormais d'observer toutes les prescriptions de D-ieu, dont l'une des plus importantes est le port des Téfilines.
Il est une coutume d'initier le garçon à l'usage des Téfilines deux mois avant la date fixée pour sa Bar Mitsvah.
Les Téfilines doivent être revêtus tous les jour de semaines avant de commencer la prière du matin. Si toutefois, pour une raison quelconque, il n'a pas été possible de le faire le matin, on peut les revêtir plus tard dans la journée jusqu'au coucher du soleil.

Comment mettre les Téfilines ?

 
1. On dispose le Téfiline du bras sur le biceps gauche (droit pour un gaucher). La boîte est dirigée vers le coeur et le noeud coulant est fixé sur la boîte.

Puis nous disons :

 
Barour'h ata ado-naï élo-hénou méle'h haolam achère kidéchanou bémitsvotav vetsivanou léania'h téfiline.
Ce qui signifie :
 
Béni Sois-Tu Eternel notre D.ieu, Roi de l'Univers Qui nous a sanctifiés par Ses Commandements et nous a ordonné de mettre les Téfilines.

 
2. Ensuite, on serre la lanière, l'enroulant deux fois sur la boîte (ce qui forme la lettre Chine). On fait ensuite sept tours autour de l'avant bras. Le reste de la lanière est enroulé autour de la paume

 
3. On prend le Téfiline de la tête et on le metde manière que la boîte soit placée au-dessus du front, le noeud se trouvant juste au-dessus du cou.
Attention : la boîte du Téfiline de la tête doit être placée au-dessus du front, de sorte que son bord inférieur ne tombe pas au-dessous de la racine des cheveux, et qu'elle soit centrée entre les yeux.

 
4. On déroule la lanière entourant la paume de la main.
On en fait trois tours autour du majeur :
- le premier sur la phalange la plus proche de la paume.
- le second sur la phalange intermédiaire.
- le troisième à nouveau sur la première phalange. Le restant est enroulé autour de la paume.